Dream House [2011]

Synopsis: « Editeur à succès, Will Atenton quitte son emploi à New York pour déménager avec sa femme et ses enfants dans une ville pittoresque de Nouvelle Angleterre. En s’installant, ils découvrent que leur maison de rêve a été le théâtre du meurtre d’une mère et ses deux enfants. Toute la ville pense que l’auteur n’est autre que le père qui a survécu aux siens. » (Source: AlloCiné)

Avis: Je rejoins rarement l’opinion des critiques cinématographiques populaires, car en général, j’aime ce qu’ils dénigrent, et leurs coups de coeur me piquent souvent les yeux. Alors, quand je vois que Dream House est mal noté, je me dis qu’une fois de plus n’est pas coutume, car j’ai vraiment adoré ce film. Jim Sheridan, le réalisateur (qui est pour moi aussi célèbre que la politique sri-lankaise) nous offre un thriller très poignant sur la vie d’un père désireux de protéger sa femme et ses deux petites filles.
Le but n’est ni de faire peur, le suspens est sans doute léger et prévisible pour certains, mais personnellement, l’ambiance m’a touché. C’est assez rare, mais l’aspect paternel/famille en danger dans ce goût-ci, j’ai adoré.

Daniel Craig (Les Insurgés, Casino Royale, The Jacket, Millenium) joue à merveille l’homme décidé, paniqué, perdu. Il faut admettre qu’entouré de deux demoiselles aussi douées et éblouissantes que Rachel Weisz (La Momie, Constantine) et Naomi Watts (J. Edgar, Funny Games US, 21 grammes), il ne peut y avoir que des étincelles.

Edit : On notera que dans le film, Daniel Craig  partage la vie de Rachel Weisz, il la partage également dans la réalité. C’est la première fois que les époux jouent ensemble.

Publicités

The Ghost Writer [2010]


Synopsis: « The Ghost, un  » écrivain – nègre  » à succès est engagé pour terminer les mémoires de l’ancien Premier ministre britannique, Adam Lang. Mais dès le début de cette collaboration, le projet semble périlleux : une ombre plane sur le décès accidentel du précédent rédacteur, ancien bras droit de Lang… » (Source: AlloCiné)

Avis: Malgré la lenteur de la première moitié, les pièces du puzzle de cette oeuvre de Mr Polanski se mettent en place, une à une. Et avec elles, une ambiance pressante et captivante. Peut-être que l’avoir vu en VO y a été pour beaucoup: la prestation d’Ewan McGregor (Star Wars, Big Fish, The Island, I love you Phillip Morris) est brillante. L’actrice Olivia Williams (The Postman) joue également son rôle avec brio, c’est dommage de ne pas la voir plus souvent. On notera aussi l’apparition d’Eli Wallach (Le Bon la Brute et le Truand, The Holiday, Le Parrain 3), âgé de 95 ans lors du tournage.
J’avoue avoir été réticent en lançant le film, et pourtant captivé jusqu’à la dernière seconde: la toile Polanski se tisse sans qu’on s’en rende compte, le rideau final tombe brutalement. J’ai adoré.