Don’t be afraid – No tiengas miedo [2010]

Synopsis: Silvia, vingt-cinq ans à peine, est une jeune femme marquée par une enfance difficile. Elle décide de tout reprendre à zéro et d’affronter les personnes, les sentiments et les émotions qui l’ont toujours empêchée d’aller de l’avant. Ce combat contre l’adversité et contre elle-même va lui apprendre à dominer ses peurs, à devenir responsable de ses choix, et enfin adulte.

Critique: Ce film n’est pas seulement un film. Une fois regardé, vous ne pouvez vous empêcher d’y repenser, d’y réfléchir. Il y est parlé de ce qui se passe derrière l’inceste mais du point de vue de l’enfant sans qu’aucune critique ne soit porté sur l’auteur de cet acte. On rentre complètement dans la peau de Sylvia, on tente d’imaginer ce qu’elle a subit, ce qu’elle ressent. L’interprétation de Michelle Jenner, l’actrice qui joue Sylvia est tout simplement magnifique. En gros, ce film est une belle surprise !

Note: 7.5/10

Publicités

Animal Kingdom [2010]

Synopsis: Une rue anonyme dans la banlieue de Melbourne. C’est là que vit la famille Cody. Profession : criminels. L’irruption parmi eux de Joshua, un neveu éloigné, offre à la police le moyen de les infiltrer. Il ne reste plus à Joshua qu’à choisir son camp…

Critique: Pas vraiment le type de film que j’affectione. Un thriller policier avec de la drogue, des criminels, des armes et des morts dans tous les coins. Selon moi, le jeu d’acteur est assez mauvais et le scénario est assez décousu. Cependant il jouit d’une assez bonne note et je remarque que les critiques varient du tout au tout. Ma conclusion? Pour les amateurs de films de gangster, ce film devrait leur plaire.

Note: 5/10

The A-Team [2010]


Synopsis: « Aucune équipe ne ressemble à celle de L’Agence Tous Risques. Quatre hommes, hyper qualifiés et autrefois membres respectés d’une unité d’élite de l’armée, sont chargés d’une mission classée top-secret destinée à les piéger, et qui les conduit en prison pour un crime qu’ils n’ont pas commis. Mais la somme de leurs talents leur permet une évasion sans accroc. Devenus des rebelles, ils décident de blanchir leurs noms et de retrouver les vrais coupables. » (Source: AlloCiné)

Avis: C’est avec plaisir qu’on retrouve quelques traits qui ont fait le succès de la série durant les années 80: la camionnette noire GMC de Barracuda, la phrase mythique du Colonel Smith, la folie de Looping et l’arrogance charismatique de Futé.
Avec Liam Neeson (Batman Begins, Love Actually, La Liste de Schinlder, Darkman) endossant le rôle du Colonel, il apporte une touche différente mais brillante au personnage. Et Bradley Cooper (Limitless, Alias) dans le rôle de Futé, c’était… futé.
Malgré l’aspect nouveau joliment mêlé à la nostalgie et quelques qui décrispent les zygomatiques, le scénario tend vers l’exagération pure et simple. On ajoute un Barracus à la sauce Gandhi et une Jessica Biel (Blade Trinity, Massacre à la tronçonneuse, L’illusionniste) décevante, et nous voici avec un film de bonne facture, mais qui aurait pu se révéler bien meilleur sans la touche « trop Hollywood ».

Je transpire comme une pute dans une église

The Ghost Writer [2010]


Synopsis: « The Ghost, un  » écrivain – nègre  » à succès est engagé pour terminer les mémoires de l’ancien Premier ministre britannique, Adam Lang. Mais dès le début de cette collaboration, le projet semble périlleux : une ombre plane sur le décès accidentel du précédent rédacteur, ancien bras droit de Lang… » (Source: AlloCiné)

Avis: Malgré la lenteur de la première moitié, les pièces du puzzle de cette oeuvre de Mr Polanski se mettent en place, une à une. Et avec elles, une ambiance pressante et captivante. Peut-être que l’avoir vu en VO y a été pour beaucoup: la prestation d’Ewan McGregor (Star Wars, Big Fish, The Island, I love you Phillip Morris) est brillante. L’actrice Olivia Williams (The Postman) joue également son rôle avec brio, c’est dommage de ne pas la voir plus souvent. On notera aussi l’apparition d’Eli Wallach (Le Bon la Brute et le Truand, The Holiday, Le Parrain 3), âgé de 95 ans lors du tournage.
J’avoue avoir été réticent en lançant le film, et pourtant captivé jusqu’à la dernière seconde: la toile Polanski se tisse sans qu’on s’en rende compte, le rideau final tombe brutalement. J’ai adoré.